Parce qu'on a tous l'imagination et la créativité qui nous permettent de créer des choses magnifiques qu'on se doit de partager
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vano Vaemone
Faucheuse de l'Apocalypse qui vous veut du bien :3
avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 25

Talent Artistique
Talent Principal: Écriture
Matériel utilisé: Neurones poétiques et 'papier' Open Office

MessageSujet: [TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption    Sam 1 Sep - 1:23

Fan Fiction sur le jeu vidéo The Elder Scrolls IV Oblivion mettant en scène l'une des créatures les plus maléfiques du jeu en tant que protagoniste. Même si vous comptez passer votre chemin juste devant le mot fan fic, lisez le résumé.

Résumé : les portes d'Oblivion ont commencé à s'ouvrir et les Daedra envahissent la province de Cyrodiil en semant la mort et la destruction. La ville de Chorrol va subir les premières batailles menées par les dangereuses créatures. Fidèle et loyal, un drémora du nom de Vernaa verra son destin changer au cours de son premier combat à Chorrol. Doté d'une plus grande sensibilité aux sentiments, il rencontrera une personne qui transformera sa vision sur le monde.

Attention à la longueur des chapitres (oui ce sera bien plus long car les chapitres sont publiés sur un forum :/ )

Couverture de la fan fiction réalisée en collaboration avec Eska-chan
Spoiler:
 

Chapitre 1 : Pitié

« Veille de la bataille, 15e jour

Le temps devenait long. Je restais au poste de garde du deuxième étage de la tour. Je finis par quitter cet endroit sans vie après quelques heures. Je suis revenu dans, ce que je pourrais appeler, mon lieu de repos qui n’était qu’un coin calme à l’extérieur d’une autre tour. Bientôt nous quitterons Oblivion et nous attaquerons la ville des mortels, tel est notre devoir.
Nous n’avons pas peur de la mort. Nous ne sommes jamais nés, nous n'avons ni père ni mère. Nous servons Mehrunes Dagon, notre prince daedrique de la destruction mais aussi notre dieu. Nous sommes les Daedra, créatures que les mortels nous décrivent comme monstrueuses et démoniaques. Ce que nous pensons d’eux ? Ils sont les proies et nous sommes les chasseurs.
Parmi les nombreux Daedra du monde d’Oblivion, je fais partie des drémoras, les plus intelligents et les plus humanoïdes de notre espèce. Nous sommes les principaux serviteurs de notre prince et nous menons des batailles depuis des siècles.
Mais tout ceci ne sont que des principes, je me battrai pour la première fois sur le territoire de nos ennemis en découvrant ce nouveau monde. Mon nom est Vernaa et je suis un Kynval, un soldat faisant partie des troupes dirigées par des drémoras supérieurs. »

Vernaa était un drémora à la peau sombre, en partie sur les contours du visage, de ses lèvres, et rougeâtre. Deux cornes noires poussaient sur son front dénudé, proche de ses cheveux. Ces derniers étaient de couleur rouge flamboyant, en raison de leur longueur il était coiffé d’une queue de cheval au niveau de la nuque. Ses yeux, de taille plus petite que les humains comme tout drémora, comportaient une pupille fine jaune contournée de rouge avec une sclérotique rouge clair. En tant que soldat guerrier, il portait en permanence son armure daedrique qui était reconnaissable avec sa présence importante de rouge couleur sang et d'argent noir, renforçant son côté démoniaque. Elle était composée d'un alliage plus résistant que l'acier. Son épée, forgée à partir de matériaux de même origine, se trouvait rangée dans son fourreau.
Le Daedra écrivait sur un rouleau de parchemin vierge, il se servait d’une griffe ocre et d’un flacon contenant du sang rangés près de son arme. Le journal était rédigé à partir de l’alphabet daedrique, incompréhensible pour ceux qu’il nommait les mortels.

Ces derniers étaient les différentes races qui coexistaient dans l’autre monde que Vernaa ignorait. Les serviteurs de Mehrunes Dagon étaient envoyés où leur prince leur demandait de détruire. Ils n’avaient aucun besoin de connaître le lieu exacte où ils allaient, excepté les officiers de guerre qui dirigeaient les troupes. Vernaa n'en faisait pas partie, mais il avait entendu une fois un des drémoras supérieurs prononcer le nom de Cyrodiil, c’était une province du vaste monde qui n’appartenait pas aux Daedra. Les drémoras considéraient les autres espèces comme leurs ennemis, destinés à mourir.

Cependant, Vernaa avait toujours défendu durant les combats contre les mortels. Il ne s’était jamais dressé contre un des ennemis avec le but de le tuer. Comme les autres Kynval, il protégeait principalement les tours d’Oblivion. Par sa propre volonté, il n’attaquait que ses adversaires lorsqu’ils devenaient envahissants ou qu'ils éliminaient les drémoras sur leur route. Il était très obéissant envers son supérieur, il exécutait le moindre de ces ordres. Mais il avait un but, plus important que tout autre : vivre.

Les journées d’un drémora, ou d’un Daedra inférieur, se répétaient et se traduisaient par surveillance ou combat à mort. Le prince du châtiment sanglant, comme se surnommait leur dieu, avait pour objectif d’anéantir Cyrodiil ainsi que les autres provinces. Pendant certaines occasions, les Daedra détruisaient les villes du continent humain et pour d’autres, ils protégeaient leur propre territoire car les mortels défendaient leur monde et repoussaient rarement l’invasion. Le monde des créatures daedriques était baptisé sous le nom d’Oblivion, une autre dimension accessible uniquement par le biais de portes dimensionnelles crées par un prince Daedra. Cet univers était divisé en seize royaumes, appartenant chacun à l’un des princes daedriques.
Les drémoras qui servaient Mehrunes Dagon ne vivait qu’en un unique Oblivion, ressemblant à l’enfer car leur prince incarnait le chaos et les catastrophes naturelles. Son royaume fut connu sous le nom de Terres Mortes.

Le monde où vivait Vernaa correspondait à son dieu : des plaines désertes de roches noires, de gigantesques épines de pierre arrondies et aux extrémités rouges, des rivières de lave et des tours imposantes construites à partir de matériaux noirs et inconnus. Le ciel rougeoyant et terrifiant de cet Oblivion ne changeait jamais. La plupart des barrières en ruines et des colonnes de pierres étaient engloutis dans la lave.
Mais un étranger qui ne connaissait pas les secrets de ce royaume mourrait très facilement. Des cadavres décomposés ou brûlés étaient visibles sur les plaines. Il existait des petites tours qui, à partir d’un mécanisme, tiraient des sphères de feu sur les intrus. La végétation, peu présente mais dangereuse, pouvait blesser les plus imprudents. Des plantes aux pétales jaunes, à première vue inoffensives, dégageaient un gaz mortel aux personnes trop proches de ces dernières. D’autres, ressemblant à de longues racines, pouvaient frapper les plus curieux.
L'extérieur paraissait être un terrain parsemé de mines, mais l’intérieur des grandes tours n’étaient pas aussi accueillants : la majorité était des machines à tuer. Les survivants pouvaient être emprisonnés par les drémoras et conduits dans les immenses édifices. Ils furent retenus dans des cages suspendues au plafond, à des centaines de mètres du sol. Les condamnés n’avaient plus que quelques heures à vivre, avant qu’un drémora active un levier pour les libérer et finir empalés par des stalagmites de fer.

Vernaa surveillait l’une de ces tours de torture, le deuxième étage correspondait au sommet. Mais le prisonnier pourrissait depuis des jours sur les épines géantes. Le drémora ressentait de l’ennui et d’autres émotions, aucun mortel n’était entré dans les Terres Mortes depuis bien longtemps. Il laissa la tour déserte et était revenu près d’une autre, au bord des escaliers qui menaient à l’entrée. Son absence ne tarda pas à se faire remarquer, le temps qu’il écrive son journal. La porte en pierre de la grande tour s'ouvrit à travers un faible grincement. Vernaa se doutait que la personne qui quittait la tour venait pour lui. Le Kynval avait cessé de rédiger, il lâcha la griffe qu'il tenait. Il enroula alors la feuille de parchemin et la rangea près de son épée.

Le drémora qui arriva à l'extérieur lui ressemblait. Les traits de son visage étaient plus ou moins identiques, il portait aussi une armure et une épée plus longue car il était un guerrier. Il n'avait qu'une différence par rapport à Vernaa : ces cheveux bruns mi-longs. Il avait un regard plus froid et plus sévère que le Kynval, même s'ils étaient tous les deux de la même espèce. Le Daedra avança jusqu'à celui qui était près d'un mur de la tour.

-Vernaa, que fais-tu ici ? Tu n'es pas à ton poste !

La voix des drémoras ne ressemblaient pas à celles des humains, elle était dure et cristalline. Cette personne qui lui parlait s'appelait Axeli. Vernaa jugea préférable de ne pas lui répondre, ce Daedra était son supérieur, un Kynreeve. Il dirigeait comme ceux de son rang les troupes de drémoras inférieurs à eux : les Churl, les Caitiff et les Kynval.
Il jeta seulement un regard vers lui, s'adresser à son supérieur en lui disant directement qu'il s'ennuyait était un comportement interdit. Il ne pouvait parler que si Axeli lui posait une question. Ce dernier lui ordonna de surveiller le premier étage de la tour proche de lui, se doutant qu'il ne retournerait pas dans l'autre. Vernaa se tourna et emprunta la grande porte. Il monta au premier étage de la tour, Axeli le suivit.

L'architecture de l'intérieur de la tour était commune à celle de l'extérieur. Les murs de roche étaient creux, ce qui donnait une impression que l'intérieur était plus grand. Au centre était visible un cercle où jaillissait une colonne de feu qui atteignait le sommet de la tour. Le milieu du rez-de-chaussée était protégé par un cercle de stalagmites noires et rouges aux extrémités. Une partie des étages supérieurs pouvait être vue, il y avait des balcons circulaires. Les drémoras contournèrent l'immense colonne et prirent la porte d'en face, ayant la forme d'un triangle. Excepté la porte d'entrée qui était grande et presque rectangulaire, les portes intérieurs étaient les mêmes et la médiatrice de couleur or s'ouvrait en deux pour pouvoir entrer. Les Daedra devaient passer dans des salles intérieurs pour atteindre les autres étages.

Sans se tourner, le Kynval revint au balcon du premier étage. Il regarda ensuite Axeli, il savait qu'il l'avait suivi pour vérifier s'il ne partait pas ailleurs et s'il l'écoutait. Il y avait deux balcons opposés à cet étage, ils conduisaient à l'étage supérieur. Au second balcon, il y avait deux autres drémoras, mais ils étaient vêtus de robe noire. Ces derniers étaient en fait doués en magie et parfois sans armes, ils ne regardaient pas les deux Daedra. Une fois arrivé, Vernaa ne changea pas de place et regardait la colonne de feu, rien d'autre illuminait la tour. Axeli resta un instant avec lui.

-Cela fait des jours que tu t'isoles en abandonnant ton poste. Je te vois, même si je ne te surprends pas. Pourquoi sors-tu chaque fois que je ne te surveille pas ? Voulut savoir le Kynreeve.

Vernaa était libre cette fois de lui parler, il le connaissait bien car c'était le drémora qui lui donnait le plus souvent des ordres. Il lui répondit quand il était sûr que les autres Daedra n'écoutaient pas, ils ne pouvaient pas donner leur avis de toute façon.

-Il ne se passe rien, rester ici depuis des heures sans tuer personne me fait ressentir de l'ennui, répondit Vernaa.
-Rappelle-toi que tu es un peu différent des autres, mais que tu es dévoué à l'obéissance. Contrairement aux autres Daedra, tu es capable d'avoir des sentiments.
-Mais je dois faire attention parce que je peux désobéir, comme tu me l'as dit. Je ne peux m'empêcher de retourner à l'extérieur.
-Tu n'es qu'un Kynval, tu n'es pas libre de te déplacer excepté sous mes ordres. Il ne te reste plus que quelques temps avant que nous commencions notre première bataille dans le monde des mortels. Je dirigerai l'une des troupes principales, lui expliqua son supérieur.
-Et j'y serai. Même si je possède ma propre volonté, tu sais que je suis à tes ordres sur les champs de bataille. Tu ne me laisserais que très rarement avec un autre Kynreeve.

Il n'y avait aucune émotion dans leur voix, mais les deux Daedra se comprenaient parfaitement. Comme le disait Vernaa, Axeli était le plus souvent à ses côtés. Il craignait sans doute qu'un autre supérieur s'aperçoive de son comportement assez particulier, les punitions étaient très sévères même pour un Daedra. Vernaa était un fidèle guerrier puissant qu'il ne fallait pas perdre. Contrairement à d'autres drémoras inférieurs, il vivait encore très longtemps et n'était jamais mort au combat.

Le lendemain arriva, un centaine de drémoras et de Daedra se préparaient pour la bataille. Les Kynreeve dirigeaient chaque troupe de Daedra. Le groupe d'Axeli s'était formé, le Daedra avait vérifié la présence de Vernaa avant tout. Dans Oblivion, les Daedra n'étaient pas tous des drémoras. Ils existaient des araignées géantes, des créatures de grande ou petite taille ressemblant des reptiles ou encore des êtres artificiels maitrisant le feu, la glace ou la foudre appelés Atronach.
Transparente et illuminant d'une couleur rouge orangé, l'entrée de la porte dimensionnelle se dressait devant eux à quelques mètres. Ils franchirent la porte et disparurent pour se retrouver dans la province de Cyrodiil. Le château et les remparts d'une ville étaient au loin. Les Daedra se situaient au niveau d'une colline et la forêt cachait la luminosité de la porte. L'apparition de cette dernière depuis quelques jours avait changé la couleur du ciel qui devint rouge comme en Oblivion. Les chefs de guerre hurlèrent et levèrent leur épée pour ce début d'invasion.

-Pour notre seigneur Dagon !

Les autres soldats saisirent leur arme meurtrière à leur tour. Tous foncèrent vers la ville de Chorrol. Malgré les murs imposants, la porte nord de l'extérieur n'était surveillée que par deux gardes, portant une armure plus légère, une épée, un bouclier et un casque ne couvrant que leur crâne. Ils ne furent surpris que lorsque les Daedra descendirent la colline en grande vitesse et s'armèrent. Avec ce rythme ils pouvaient arriver promptement dans la ville.

-Les Daedra arrivent ! Il faut avertir les autres et la guilde des guerriers ! S'écria le premier.
-Je vais chercher de l'aide et ordonner aux habitants de se regrouper dans la chapelle, tiens le coup !

Le second entra et rejoignit l'intérieur de la ville. Il alerta les deux gardes qui se trouvaient de l'autre côté de la porte et la ville fut prévenue de la bataille. Guidés par leur courage, ils prirent la décision de se battre à l'extérieur avec leur collègue, tandis que l'autre courut pour rassembler les soldats de la guilde. Par chance, il avertit rapidement la guilde des guerriers qui était à quelques mètres.
Les trois gardes de Chorrol se rassemblèrent à l'extérieur pour espérer repousser un instant la vague de monstres. Il était clair qu'ils n'avaient aucun moyen de s'en sortir mais ils foncèrent vers les Daedra. Les drémoras avaient laissé les Daedra inférieurs attaquer les humains en premier. Un Atronach de foudre, dont le corps n'était composé que de rochers voltigeant, et un Daedra mi-femme mi-araignée avaient lancé de puissants éclairs contre le trio. L'un tenta de lever son arme pour frapper. Mais Axeli donna l'ordre aux drémoras d'achever les soldats. Vernaa se prit l'initiative de tuer car c'était son supérieur l'un des meneurs de la bataille. Il planta son épée dans le corps du garde qui résistait. Le blessé cria sous ce coup puissant et violent, il avait été visé en plein cœur et le sang jaillit de lui. Le Kynval retira aussi vite l'arme afin que l'humain meurt sans avoir une chance de survivre. La victime avait lâché son arme et son corps tomba en arrière, il ne put rien faire et baignait dans son propre sang. Les gardes connurent le même sort et n'avaient tué aucun Daedra. Ces derniers s'introduisirent enfin à l'intérieur.
La ville toute entière fut en panique quand l'alerte avait été déclenchée. En prenant la porte nord, on pouvait voir la grande place circulaire de Chorrol avec le grand chêne, symbole de la ville. Les bâtiments autour représentaient soit des maisons, soit les deux guildes, celle des mages et celle des guerriers. Les personnes faisant partie de la guilde des guerriers se trouvaient face à aux Daedra. Ils portaient divers armures, aussi bien d'acier que de fer, et des armes variées allant de l'arc et les flèches rapides jusqu'au marteau dangereusement lourd.
Les serviteurs de Mehrunes Dagon ne craignaient personne et se dispersèrent pour détruire les plus d'habitants. Les guerriers qui s'opposaient étaient aussi bien des maîtres que des apprentis qui s'étaient battus au moins une fois dans leur vie. C'était la première fois qu'ils furent envahis par les Daedra et ils défendirent Chorrol jusqu'à leur mort. Contrairement aux gardes, ils étaient mieux formés face au danger et la majorité d'entre eux éliminaient les Daedra les plus faibles. Cependant les drémoras ne mourraient pas si facilement. Chacun résistait autant et la bataille durait.
Le groupe dont Vernaa faisait partie ne combattait pas les guerriers et avait comme but de tuer les habitants innocents. Ils n'étaient pas tous entrés dans la chapelle qui se situait derrière la grande place au nord-ouest. Chaque drémora, sauf Vernaa, s'accompagna d'un Daedra inférieur pour éliminer une cible. Le Kynval chercha sa proie comme les autres.

Une habitante vit le massacre qui se déroulait sous ses yeux, elle était horrifiée et tremblait de tout son corps. Sa maison se trouvait dans la grande place et était la plus proche de la chapelle. Elle aurait dû être l'une des premières à s'être abrité mais la peur l'avait paralysée. Vernaa aperçut une personne vêtue de blanc argenté, c'était elle. Voyant l'épée ensanglantée et le drémora, elle se tourna pour s'enfuir alors qu'il la poursuivit. Mais elle trébucha parce que son pied ne s'était pas encore tourné et ses jambes ne furent pas aussi rapides que ses pensées. Ils se trouvaient tous les deux entre la chapelle et l'habitation. Elle était à terre et regarda le Kynval qui allait l'éliminer en levant son arme. Elle se cacha le visage avec ses mains, terrifiée de mourir. Elle le suppliait de la laisser en vie, l'implorant. Cependant, sa dernière heure n'arriva pas. Les bras du drémora ne firent aucun mouvement.

Il la regardait, toute volonté de tuer avait disparu.

Cette femme incarnait l'innocence et la pureté. Sa voix était calme et suave. Elle semblait avoir entre vingt et trente ans. Sa longue chevelure la rendait unique avec une blancheur comme la neige. Sa peau était claire et semblait douce comme de la soie. Elle portait une robe immaculée de couleur argentée. Il ne put voir ses yeux qui se préparaient à fondre en larmes.
Il ne pouvait pas l'assassiner, ou plutôt il ne voulait pas tuer cet ange. Aucun Daedra n'aurait de pitié pour les faibles, mais Vernaa changea en observant cette personne. Pourquoi devrait-elle connaître la mort ? Il baissa son arme quand il se mit en question. Qu'était-il en train de faire ? Il éliminait les mortels qui se mettaient en travers de sa route, mais ce fut différent. Il décida de la laisser vivante, parce qu'elle avait peur. Autre chose l'empêchait de la tâcher de sang, était-ce la candeur de cette inconnue ?
Le bruit des armes ne tarda à lui faire rappeler qu'une bataille se déroulait toujours dans la ville. Les Daedra, aussi bien que leurs ennemis, échouaient et perdaient la vie. Vernaa regarda vers les autres affrontements puis à nouveau cette femme. Il devait trouver un moyen de la sauver, parce qu'un autre drémora pourrait l'éliminer sans aucune hésitation. La pauvre innocente restait immobile, il eut une idée car il pensait qu'elle serait incapable de fuir. Son arme couverte de sang fut la solution.
Il lui ordonna de rester à terre. Il n'y avait aucune méchanceté, car il ne comptait la tuer, ni de gentillesse dans sa voix, au cas où un de ses frères l'entendraient. De plus, il se situait dans un coin où on ne pouvait pas les voir : derrière la maison. Il regarda de préférence si des drémoras étaient dans ses alentours, il n'y avait personne sauf un ou deux Daedra dénués d'intelligence au loin. Il se tourna et avança vers la femme blanche. Cette dernière, entendant ses pas, sentait que la faucheuse allait lui prendre bientôt sa vie. Vernaa mit un genou à terre, il put la voir de plus près. Il prit avec quelques doigts un peu de sang rouge sur sa lame, il devait tâcher la blancheur de son visage et ses vêtements. Il dessina quelques fines lignes en premier, une sur sa joue et une autre sur son cou du côté opposé. Puis il en reprit pour faire des plus grandes tâches au niveau des bras et avant-bras. Ce n'était pas très crédible mais une personne couverte de rouge suffisait à faire comprendre qu'elle était mourante. De plus son cœur battait toujours mais elle était réellement statique. Toujours effrayée, elle ne cherchait pas à comprendre ce que le drémora manigançait.

-Ne te lève plus. Attends que nous soyons partis.

Vernaa se leva ensuite, il espérait qu'il ne subisse aucune attaque à présent. L'habitante de Chorrol écouta ses paroles mais elle ne comptait pas se relever de toute façon. Allaient-ils vraiment partir ? Le drémora s'éloigna d'elle et prit une autre direction.
La bataille se terminait plus vite que les Daedra croyaient, elle avait pris une autre tournure à cause des guerriers et magiciens formés par les guildes. Axeli put éliminer quelques uns de ces combattants sans problème. Mais les autres Kynreeve s'affaiblissaient. Ils étaient sans aucun doute faibles en nombre : c'était la cause de cette défaite imminente. Avant de penser aux officiers, il espérait que Vernaa ne soit pas tombé durant la bataille. Il ordonna aux Daedra de battre en retraite.

-Cessez le combat, replions-nous ! Cria-t-il aux autres drémoras.

Le sort des Daedra inférieurs lui importait peu, ils étaient des animaux relâchés en liberté et n'obéissaient qu'à l'ordre de tuer. Le Kynval l'avait entendu et le suivit, ne s'attendant pas à ce que les mortels les sous-estiment. Les drémoras qui avaient écouté Axeli quittèrent la ville. Les autres Daedra finirent par mourir, ce qui leur fit gagner du temps pour rejoindre le portail de leur monde. Les habitants de Chorrol ne préféraient pas les suivre, de crainte de ne pas survivre dans le territoire dangereux. Les plus intrépides et les plus téméraires des mortels pouvaient suivre à leur tour les drémoras, sans remarquer le piège qui se refermait sur eux.
Axeli et Vernaa rejoignirent leur territoire avec les autres Daedra, ils se dispersèrent et se tournèrent ensuite vers les guerriers. Les mortels copièrent leur stratégie pour espérer battre un Daedra. Le Kynreeve attira sa proie vers le pont en ruines où il se trouvait, sa cible fonça sans réfléchir alors qu'ils étaient au bord. Axeli évita de peu le marteau et trancha d'un coup le guerrier au niveau du dos. Perdant l'équilibre, le blessée tomba avec son arme dans la rivière de lave.
L'ennemi de Vernaa n'était qu'un simple archer. Il ne lui laissa pas le temps de saisir un flèche de son carquois qu'il pointa son arme en direction de son point vital. Il le tua en un rien de temps au sol. La main de l'individu se mit à briller car il utilisa un sort de guérison. Le drémora contre-attaqua en lançant un sortilège de feu de sa main libre. Il brûla la paume du mortel et la lumière s'éteignit lorsque l'archer mourut. Vernaa retira alors son arme et regarda Axeli.
Le Kynreeve s'aperçut qu'il était le seul survivant parmi les autres chefs de cette bataille. Ils n'étaient pas parvenus à détruire entièrement la ville. Il se tourna vers les drémoras qui revinrent devant l'unique officier. Il remarqua qu'ils étaient une trentaine à être encore debout. Il restait quelques Churl, mais en faible nombre car ces drémoras étaient les plus faibles. A son grand étonnement, il n'y avait qu'une poignet de Kynval, y compris Vernaa.

-Retournez à votre poste, donna Axeli comme consigne.

Les Daedra retournèrent dans les tours de garde à quelques centaines de mètres.
Le drémora aux cheveux rouges ne partit pas immédiatement. Axeli le regarda, il était un bon combattant, même un très bon. Il fut le premier drémora extrêmement obéissant envers lui, sans compter qu'il vivait encore. Vivre plus de seize jours sans connaître la mort était exceptionnel mais son supérieur était persuadé que Vernaa ne mourait avant très longtemps. Le Kynreeve était fier de lui, le Kynval lui demeurait fidèle et exécutait avant tous les autres le moindre de ses ordres.
Ce dernier regarda vers la porte d'Oblivion. Il songeait à « elle ». Habituellement, il serait parti vers les tours comme ses frères mais le visage de cet ange qu'il avait vu revint dans ses pensées. Rien ne l'aurait empêché de la tuer, mais ce qui était étrange au moment où il devait l'éliminer, c'était lui-même. Il lui avait laissé aucun choix, mais il s'était interdit la mort de cette personne. Il avait arrêté son mouvement. Les Daedra étaient connus pour leur désir de destruction et leur insensibilité. Mais Vernaa souhaitait plus que tout la vie et non la mort de cette inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invoceusse
Protoss égaré
Protoss égaré
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 23

Talent Artistique
Talent Principal: Pixel art/Animation
Matériel utilisé: Paint shop pro7+ beneton movie gif

MessageSujet: Re: [TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption    Sam 1 Sep - 17:03

j'ai mit un moment à me motiver à lire ce RP, et se que je peut dire c'est que j’attends impatiemment la suite. *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vano Vaemone
Faucheuse de l'Apocalypse qui vous veut du bien :3
avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 25

Talent Artistique
Talent Principal: Écriture
Matériel utilisé: Neurones poétiques et 'papier' Open Office

MessageSujet: Re: [TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption    Lun 3 Sep - 20:44

Huhu, merci <3 je publierai normalement très vite car c’est une fic achevée.

Chapitre 2 : Remords


La journée suivante du Kynval fut identique à celle d'avant-hier. Axeli lui avait demandé de surveiller l'extérieur cette fois, sachant que Vernaa finirait de son plein gré dehors s'il ressentait de la lassitude. Coïncidence ou hasard, il fut choisi comme garde de la porte de la grande tour, exactement comme avant la bataille quand il avait écrit son journal.
L'ennui ne l'accompagna pas cette fois, et si c'était le cas il devenait songeur. Il se remémora cet affrontement d'hier, et essentiellement la femme qui l'avait affecté. Qui était-elle ? Et pourquoi il n'avait pas pu la tuer ? Il avait du mal à trouver ses réponses.

-Je n'aurai laissé la vie à personne... Pensait le drémora.

Vernaa savait qu'il était différent des autres Daedra en raison de ses sentiments qu'il pouvait ressentir. Or il ignorait quelles étaient ces émotions qu'il avait parfois. Quand il se fatigua de ses journées, il avait compris que l'ennui était avec lui car cette chose abstraite n'avait rien de nouveau pour le Kynval. Mais épargner un mortel... Axeli serait furieux si un de ses frères lui avait parlé de cet acte de la part de Vernaa, lui qui était à son écoute. Indirectement, il avait désobéi à son chef. Le sang aurait dû couler, aussi bien le plus impur que le pur.
Mais la cause, le sentiment qui avait arrêté sa lame meurtrière, qu'était-elle pour qu'il soit autant clément pour une faible ? Vernaa ne voyait pas clair en lui, toujours assombri par les ténèbres qui représentaient les Daedra. Leur race ne méprisaient pas les autres, mais seul le désir de changer le monde par la destruction les rendait terrifiants aux yeux des mortels. Le drémora avait bel et bien provoqué la peur mais non la destruction, exceptionnellement pour la plus innocente des humaines. Qu'avait-elle de plus ? Il avait tué des hommes, une femme n'aurait rien changé à ses intentions. A moins que si... Les drémoras étaient tous nés mâles, le genre féminin n'avait presque jamais existé dans leur univers. Vernaa avait du mal à comprendre.
Elle vivait grâce à lui parce qu'elle était une femme, et qu'elle n'était pas une guerrière ? Même s'il ressentait des choses que les autres Daedra ne pouvaient pas, il ne répondait pas sur ce pourquoi cette mortelle n'avait pas rendu son dernier souffle. Un Daedra possédait davantage un esprit combatif qu'une intelligence et une réflexion. Vernaa avait seulement, sans qu'il le sache, cette conscience qui lui permettait de se mettre en question et de posséder des sentiments identiques à ceux des humains. Certains drémoras étaient capable d'avoir peur et de souffrir aussi bien physiquement que mentalement. Mais le Kynval exprimait d'autres émotions. Face à cette inconnue, il avait eu de la pitié, un autre drémora aurait été aussi cruel que s'il tuait un garde ou un innocent.

-Je vois que tu ne quittes pas la tour cette fois-ci, Vernaa.

Cette voix était celle d'Axeli. Il était à sa droite car il fut sorti de la tour. Le Kynval oublia un instant ses pensées pour le regarder et savoir pourquoi il venait auprès de lui.

-Dis-moi une raison pour laquelle je serai allé ailleurs, répliqua le drémora.
-Je te retourne la question, répondit le Kynreeve sans aucun ton sévère.
-C'est cette bataille, je repense à cet affrontement. Nous étions presque victorieux, mentit Vernaa.
-Tu as été brave, même si nous avons échoué. Pour être honnête, tu es le Daedra parfait. Si notre combat a bien débuté, ce n'est que grâce à tes prouesses.

Le Kynval n'ajouta aucune parole, son supérieur lui disait qu'il alla inspecter les autres tours puis il partit. Pour Axeli, Vernaa était le seul en qui il avait confiance. Il avait commis le plus grand nombre de meurtres depuis qu'il avait vu le jour... sauf qu'il avait fermé les yeux sur une seule personne quand ils furent à Chorrol. Le drémora se demanda pourquoi il avait tué les autres mortels. Seulement parce que son supérieur le lui avait ordonné ? Sûrement, un Daedra ne devait pas réfléchir ou songer plus tard à ses actes.

Cependant, il sentit comme un malaise en lui. Les hommes méritaient-ils un sort aussi cruel ? Ces gardes qui se battaient si vaillamment pour défendre leur pays moururent tous à travers son épée. Ils étaient tous aussi humains qu'elle. Vernaa n'avait accordé aucune pitié pour eux. Il ne l'aurait pas pu de toute façon, sinon Axeli ne comprendrait pas son comportement. Ces créatures avaient vécu en paix, jusqu'à leur arrivée. Leurs ennemis provoquaient-ils aussi la destruction par simple hostilité ? Il l'ignorait. Parce que les Daedra étaient plus puissants qu'eux et ces mortels n'avait jamais dépassés les drémora ? Cette bataille, était-ce juste une démonstration de leur pouvoir ? Une extermination des faibles qu'ils n'avaient pas leur place dans ce monde ? Fallait-il étendre le chaos afin de prouver la supériorité des Daedra ?
Ses pensées uniques furent les siennes. Il n'arrivait pas à croire ce point de vue qu'il avait si vite... modifié. En principe, le Daedra donnait la mort aux autres espèces, mais il ne la retenait jamais. Pour cette femme qu'il sauva, l'innocence et la pureté l'avaient atteint jusqu'à son cœur. Sa mort...

-Je n'ai pas fait qu'éloigner la mort... je l'ai rejetée ! Pensa t-il avec étonnement.

Les autres habitants auraient pu survivre alors par la même ruse, mais c'était impossible. Il ne songea que maintenant à ce qu'il pouvait faire pour ces mortels. Mais qui était-il pour penser au destin de ces créatures ? Daedra, ou humain ? Humain ? Impossible.

-Non, ma vie est vouée à Axeli. Et nous sommes les serviteurs de notre prince. C'est la preuve que je suis un drémora, comme lui...

Il tourna le dos à toutes ces questions incessantes. A quoi cela lui conduirait ? A rien. De plus, il devait garder le silence sur le sauvetage de cette mystérieuse femme. Il disait tout généralement à Axeli, mais pour ce secret, il ne pouvait pas. Même s'il était compréhensif avec lui, il serait incapable de fermer les yeux sur un assassinat non réalisé par son drémora le plus fidèle.

Il devait vider son esprit, ne songer à rien pour ne pas regretter la mort des hommes... Il désobéit de nouveau à son supérieur et vagabonda dans les plaines désertes aux alentours des tours. Le sang avait séché depuis la fin de leur combat, quelques corps ça et là étaient délaissés. L'odeur de la putréfaction le laissa indifférent. Pour les plus anciens cadavres, il ne restait que les squelettes.
A la base d'un rocher à quelques mètres, il en aperçut un mais il vit quelque chose à sa main qu'il n'avait pas remarqué avant : un petit livre. La couverture rougeâtre avait été salie par le temps. Sa curiosité le fit approcher de l'objet et il le prit de la main dont il ne restait que les phalanges. Il ouvrit le livre de pages jaunies, l'écriture était encore lisible cependant elle n'avait rien de daedrique. Aucun Daedra comme lui ne pouvait lire et encore moins comprendre. Il garda le livre avec lui et décida de traverser le pont à proximité. De l'autre côté, il y avait une impasse et donc aucun drémora ne pouvait venir. Il choisit cet endroit pour s'isoler d'Axeli et s'éclairer davantage sur ces pages cryptées.

La première ligne était courte. Il y avait un chiffre, un mot, une virgule qui servait de ponctuation, suivi encore d'un chiffre puis d'un mot. Les lettres étaient différentes mais les numéros identiques. Le premier était dix-huit, le second cinq. Après le deuxième, il examina les quatre lettres. Il reconnut une sorte de O, une lettre qu'il ne négligea pas car elle était présente sur toutes les portes d'extérieur des tours rappelant leur monde : Oblivion. Celle qui suivit était arrondie comme leur U daedrique. Les autres restaient un mystère mais il se basa sur les propres mots qu'il écrivait. Jour était le seul nom commun auquel il pensait et il pouvait correspondre car il y avait un chiffre à côté, comme le Kynval faisait. La personne avait alors écrit son journal, comme Vernaa quelques temps auparavant.
Il lut ensuite entre les lignes. Il reconnut peu de lettres cependant. Un verbe attira son attention, même avec deux lettres reconnaissables cette fois elles étaient quasi-identiques : mourir. Précédent légèrement, il en comprit un autre en s'aidant du U et du R, la peur. Les lettres daedriques étaient de simples runes, le drémora n'aurait jamais pu reconnaître immédiatement le P et le E.
En quoi la terreur et la mort étaient-elles si liées dans ce livre ? Le visage de la femme blanche lui revint en souvenir, il avait vu cette émotion. Elle était le sens de cette mystérieuse phrase. La peur de mourir. Les Daedra pétrifiaient tellement les mortels que certains n'avaient aucun courage et perdait espoir. Croyant il y a quelques minutes qu'il pourrait méditer en paix dans son monde, la bataille qui fut sa première fois le pénétrait toujours.

-Nous répandons le chaos et nous les tuons, mais quel est notre objectif ?

Axeli avait la réponse à toutes ces questions. Sa prudence lui murmura de rester aussi muet que pour la pitié qu'il avait eu pour l'habitante de Chorrol. Sans la vérité, il se mit à regretter ses homicides volontaires. Des morts sans raison, une ville attaquée pour la changer en ruine comme leur monde. Que pensait leur prince Mehrunes Dagon ? Peut être la destruction et rien que la destruction. Ses serviteurs accomplissaient cette tâche et le vénéraient. Mais Vernaa était l'unique drémora qui ne pensait que très rarement au prince Daedra. Avant la bataille, son âme était vide et dépendante à son supérieur. Et après, le vide fut comblé par « elle » et ses semblables mortels, Axeli n'était qu'une pensée mineure.
Il avait des difficultés à trouver la raison de son changement. Si son univers n'était pas aussi strict et aussi cruel, il n'aurait pas hésité à chercher la vérité. Mais il était certain d'une chose, à cause de sa différence par rapport aux autres drémoras...

-Rien ne peut m'aider dans ce monde. Si je ne craignais aucun châtiment, je te dirais tout, Axeli.

Les minutes passèrent, le Kynval avait laissé le journal sur les plaines et revint au pied de la tour. Sa chance l'empêcha de subir la colère d'Axeli, il aurait vu son absence si Vernaa était resté une minute de plus avec le livre. Les drémoras se regardèrent. Vu qu'il ressentait certaines émotions, le Kynval se lasserait de voir son supérieur en permanence et il lui parlerait avec plus de franchise. Mais Axeli était le seule Daedra qu'il respectait et appréciait. Il s'abstenait parfois d'être franc, certaines remarques pourraient être désagréables pour son chef de guerre. Le Kynreeve prit toujours l'initiative de parler avec lui.

-Tu es sage comme les autres, Vernaa.
-Oui, répondit-il normalement.

Le drémora ne parla pas davantage. Il se demandait si Axeli pouvait l'écouter un peu plus et s'il pouvait lui parler. Et comme s'il avait lu dans ses pensées...

-Tu attends une réponse de ma part. Tu es peut être tourmenté, je ne me trompe ? Demanda t-il en venant à côté de Vernaa.
-Même si je suis différent des autres, tu peux voir ce que les Daedra ne voient pas en moi, fut-il rassuré quelque part en lui.
-Je suis à ton écoute, le laissa parler Axeli.
-Je devrai être fier de ces sentiments que j'éprouve. Mais je cherche pour quelle raison je suis si différent ? Je n'ai jamais su la vérité.
-Est-ce nécessaire que tu la connaisses « maintenant » ?

Le Kynval hésita, ce qu'un Daedra ordinaire n'aurait pas fait face aux paroles de son aîné. Axeli savait bel et bien quelque chose. Sa révélation devait-elle être sans intérêt pour répliquer de cette façon, ou très blessante ? Sa curiosité s'évapora.

-Non, je continuerai à vivre.
-C'est ce que je veux entendre, Vernaa. Sois fort et oublie tes tourments, je serai là pour te remettre sur le droit chemin. Pour ton bien, termina son supérieur sans durcir le ton.
-Axeli...

Sa voix solitaire fut extrêmement calme mais ces paroles étaient très particulières. L'autre Daedra l'ignora mais le regarda une dernière fois avant de partir vers les autres tours.

-Vernaa, la vérité n'est plus importante. Tu n'as fait que renaître drémora, c'est tout, murmura Axeli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kayra
CHOCOOOLAAAATTT
avatar

Messages : 534
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 20
Localisation : Sur Terre, quelque part.

Talent Artistique
Talent Principal: Écriture
Matériel utilisé: Un ordi avec écran et un clavier si possible, parce que c'est plus pratique pour écrire.

MessageSujet: Re: [TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption    Jeu 28 Fév - 12:00

Ooooh, la dernière phrase me donne envie de connaître la suite *_* C'est une véritable torture que d'infliger autant de suspense D: Je me demande exactement pourquoi lui il a des sentiments, et pourquoi il a laissé cette femme en vie aussi o^o
En tout cas c'était vraiment un bon chapitre, je t'avais déjà dit ce que je pensais du premier, mais le deuxième est très très bien aussi >w< J'aime beaucoup parce que même s'il n'y a aucune action, on ne s'ennuie pas, car on essaye de comprendre Vernaa aussi ! J'ai beaucoup aimé quand il essayait de lire ce qu'avait écrit les humains ^^

En tout cas c'est vraiment un super chapitre, hâte de lire les autres ! En tant que Ortho-Hunter, j'ai juste remarqué quelques erreurs qui traînaient, je te les passe ! :3 Je suis pas sûre de certaines mais je te les donne quand même ^^


Citation :
Ces gardes qui se battaient si vaillamment pour défendre leur pays moururent tous à travers son épée.

Là, je pense que j'aurais mis "mourraient"

Citation :
Une extermination des faibles qu'ils n'avaient pas leur place dans ce monde ?

Je pense qu'ici, ce serait plutôt "qui" ^^

Citation :
Les Daedra pétrifiaient tellement les mortels que certains n'avaient aucun courage et perdait espoir.

"perdaient"

Citation :
Mais Axeli était le seule Daedra qu'il respectait et appréciait.
"le seul"

Voilà ! Super chapitre en tout cas, j'adore >w<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vano Vaemone
Faucheuse de l'Apocalypse qui vous veut du bien :3
avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 25

Talent Artistique
Talent Principal: Écriture
Matériel utilisé: Neurones poétiques et 'papier' Open Office

MessageSujet: Re: [TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption    Ven 1 Mar - 0:54

Ma pauvre petite Kayra, ce n'est pas ici qu'il fallait lire ! X-X Quoique j'avais oublié que je publiais ici aussi. J'ai dû laisser des fautes à foison... x___x
Mais je te remercie pour la correction. ^o^ Au contraire, ce sont des vraies fautes, même pour 'moururent'. Comme Vernaa raconte, il ne devrait pas y avoir de passé simple. Il n'y a pas d'action réelle donc l'imparfait prend le dessus. Merci chère Ortho-Hunter ^w^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption    

Revenir en haut Aller en bas
 
[TES Oblivion Fiction] Dremora's Redemption
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imprévus au Manoir Oblivion [RP Xyméréj, Balthazar, autres]
» [MULTI] The Elder Scrolls IV : Oblivion
» The Elder Scroll IV: Oblivion
» Inscription: Red Dead Redemption
» [Fan-Fiction] Dener, héros jusqu'au bout ! Chapitre 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*Flying Creativity* :: Artistes en herbe :: Galeries littéraire des membres :: Fan Fiction !!-
Sauter vers: