Parce qu'on a tous l'imagination et la créativité qui nous permettent de créer des choses magnifiques qu'on se doit de partager
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [MiniNouvelle] Le prix de la paix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazhnuz
Licorne arc-en-ciel numérique qui chiffre vos chaussettes
avatar

Messages : 261
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 24
Localisation : Paumé-sur-loin

Talent Artistique
Talent Principal: Ecriture/Roleplay
Matériel utilisé: Le sang de mes victimes :3

MessageSujet: [MiniNouvelle] Le prix de la paix   Sam 2 Fév - 14:29

Voici une très courte nouvelle (moins de quatre pages) que j'ai écrit il y a un moment, mais que j'ai un peu révisé récemment, je vous présente : Le prix de la paix. Il s'agit donc d'une mininouvelle dystopique, ayant plusieurs thèmes : Le sécuritarisme, le conformisme, la manipulation par le confort et l'argument d'autorité "paternelle", et tout simplement la liberté ^^

Voici le liens de la déviation : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Le prix de la paix

« Et pour finir ce bulletin matinal, nous vous rappelons que tout jet de déchet dans les corridors... »

Je coupai d'un geste énervé le réveille de ma tablette Herdzel, en déployant la même brusquerie dont elle avait fait preuve pour me réveiller. Fallait vraiment que je change de station de radio pour le réveil, un truc musical, ce serait un million de fois mieux que tout ces trucs chiants de politiciens qui passent sur la chaîne d'information. Le paramètre devait sûrement être quelque part, mais j'avais la flemme de chercher dans les menus la fonction. Je portai un regard sur l'écran. Il était sept heure dix, et mes cours commençaient à huit heure. Je grommela en me levant du lit, la lumière s'était allumé toute seule à cause du signal « réveil » de ma tablette, sans aucun ménagement pour mes yeux.

J’ouvris mon armoire, pour chercher un jean et un tee-shirt. J'en pris de plutôt bonnes qualités, sans aucunes des déchirures que pas mal de mes camarades aimaient porter. Non pas parce que je trouvais ça moche ou quoi que ce soit du genre, mais parce qu'il ne fallait pas qu'on me voit dans ce genre de « haillons » au lycée. Je me demandais comment faisait tout ces punks pour supporter les engueulades de leurs parents suite aux mails du lycée. En même temps, je comprenais ces parents, si j'étais à leur place, je n'aimerais pas spécialement entendre dire que mon fils ou ma fille ai une attitude vestimentaire inacceptable ou indécente. Parce que même si c'était qu'une question de goût, y'avait après toutes les rumeurs et tout.

Une fois habillée, j'empochai ma tablette dans un réflexe qui était quotidien depuis que j'avais eut mes treize ans, l'age a partir duquel ça devient insupportable quand on en a pas une. C'est vrai, même avec un ordinateur et une adresse mail, avec tout les comptes de réseaux sociaux, comment attendre le soir pour lire toutes les notifications ? C'était impossible. Je sortis de ma chambre pour arriver dans le hall familial, qui était, comme chaque matin, vide.

Je vis sur le tableau électronique la liste des aliments autorisés pour le petit déjeuner. Mince, mon taux de cholestérol avait augmenté, et j'allais du coup devoir prendre des trucs plus riches en sucre lent et moins en sucres rapides. J'avais du prendre quelque kilos pendant les fêtes de fin d'année et j'étais désormais à dix kilos du poids idéal calculé en fonction de ma taille, de mon âge. Fais chier, mais la santé, c'était la santé. Et puis, fallait éviter que je passe encore pour la « grosse » du lycée. Nouveau soupir, j'avais une envie folle d'un grand bol de céréale au chocolat, mais le frigo allait me faire subir son signal si je tentais. Je pris donc le petit déjeuné le plus haut dans la liste des conseils pour ne pas avoir trop à réfléchir sur ce genre de détails, avant de préparer mon sac pour me diriger vers le lycée.

Je sortis de l'appartement familial, dans les grands couloirs. La propreté était éclatante, et les lignes de peintures vertes et les couleurs jaunes évitaient les couleurs trop aseptisés. Les psychologues avaient dit que tout devait être calculé pour que les citoyens se sentent bien, dans la ville-immeuble. Ce bâtiment urbain avait été créé il y a de cela une vingtaine d'année, dans le but de permettre un aspect plus « communautaire » à l'urbanisme, et de rapprocher les habitants. Est ce que ça voulait dire qu'avant, les gens ne sortaient et ne se voyaient jamais ? C'est vrai, je me demandais ce qu'on pouvait faire dehors... Marcher ? Je ne voyais pas grand chose d'autre. Courir, peut être.

Je vivais au cinquième étage de l'espace des habitations, ce qui revenait au sixième étage, étant donné que le rez de chaussé était réservé à de nombreux espaces communs, comme les établissements scolaire dont le lycée où je me rendais. Pour ne pas m'ennuyer sur le chemin, je fis un tour rapide sur internet, avec ma tablette. Sur ma page d'accueil, je vis que j'avais eut la vidéo de mon chat commentée et que mon blog avait eut quelques commentaires aussi. J'eus un sourire, et je regarda mon « mur ».

Le mur était un peu le centre de la vie d'une personne, ce concept étant dérivé d'un site qui avait eut un grand succès quelques décennie auparavant. On y voyait tous mes messages, toutes les vidéos que j'avais posté sur YoureVid, mes différents articles sur mes blogs... Et j'allais peut être demander à mes parents de rajouter Agora dans mon bouquet internet, ce qui me permettrait d'avoir accès à des forums en plus des sites du WhiteWeb, de YoureVid et GroundBlog – qu'est ce que j'avais du parlementer avec mes parents pour avoir ces deux options, ils avaient peur que je tombe sur de mauvaises surprises et des trucs choquants – et surtout le système de base, le cœur de ce qu'était internet : Les « Murs ». C'était là ou l'on pouvait voir les différentes information que la personne mettait, notamment ses gouts, mais surtout tout les messages qu'il où que les autres membres avaient posté. On avait aussi accès aux photos et tout.

Je vis quelques amis qui parlaient du Black Web, qui n'était pas spécialement interdit, mais où personne n'allait. Il s'agissait d'un réseau totalement désorganisé, n'utilisant pas les trafics améliorés – même si selon certains de mes amis c'était l'inverse, le black web qui était bridé – et ou on trouvait tellement de tout que c'était casse pied de parler. Avant l'instauration du WhiteWeb, c'était ce qu'était tout internet. De plus, j'avais lu des histoires de pirates, d’enlèvements et d'autres trucs du genre sur le Black Web, dans certains sites. C'était vraiment glauque ce truc. Après, certains de mes amis parlaient de millions d’œuvres gratuites, cela même légalement, et d'autres trucs dans le genre. Dans le doute, je préférais m'abstenir. Je n'avais pas envie de finir enlevé par ses pirates bizarres extrémistes et pervers. Mais j'évitais de le dire, sinon ils me diraient des trucs bizarres comme « argument ad hominem ». Quelle bande de geeks, à utiliser des mots de langues étrangères !

Sarah m'avait laissé un message à propos du mec qu'elle visait, ce qui me fit avoir un petit sourire. Après quelques minutes, je me déconnectai du net et empochai de nouveau mon appareil. Je ne prenais pas les ascenseur, tout le temps bondés, mais les escaliers. Aussitôt je reçu un SMS de ma mère... Elle me disait que ce n'était pas bien que je prenne les escaliers parce qu'il y avait eut du trafic de drogue dans le coin, et que tout les drogués n'avait pas été arrêtés. J'eus un frisson, et décidai plutôt de prendre l'ascenseur.

Une fois le supplice de la foule terminé, je me retrouva au rez de chaussé. Je pris le couloir Est, qui m'amena au complexe scolaire. Je n'eus alors qu'à me diriger vers le lycée et retrouver ma classe. La première personne que je vit était Anabelle, qui était seule devant la classe. Elle m'expliqua que Monsieur M, notre prof d'Histoire avait été viré pour « enseignement non-objectif ». J'ouvris des yeux ronds comme des assiettes.

« Les documents qu'il nous montrait ne reflétaient que son opinion, et la commission d'expert mandatée par l'inspecteur ont conclu qu'il faisait des cours non-objectifs... »

Je ne put m'empêcher de penser que y'avait juste eut une expositions des faits, de ce que pensaient les deux camps. Mais bon, si les experts de l'enseignement disaient que c'était non-objectif, c'est qu'ils avaient des raisons ! En plus, si le prof voulait être tranquille, il n'avait qu'a obéir, on consulte la liste si l'on veut être sûr de ne pas se tromper sur ce qui est objectif ou non, ce n'est pas si difficile ! Après cette conclusion, je me dirigea vers le CDI, tout en repensant à cette affaire. Le professeur avait dit qu'il fallait « bousculer parfois un peu pour que les gens essaient de s'intéresser à des pensées très différentes. ». C'était un peu stupide. Pour ma part, je lisais des livres de tout les propos politique, tant que c'était bien évidemment hors de la listes des « non-objectifs ». Je n'allais pas lire toute ces inepties racontées par des gens qui ne voulaient que manipuler. J'étais contre la pensée unique, donc j'évitais de lire ces gens extrémistes qui voulaient l'imposer. L'objectivité avant tout.

Ensuite vint le cours de mathématique. Comme la plupart des élèves de ma classe, j'avais des problèmes en cette matière, mais j'étais fière d'avoir quand même pu intégrer les classes théoriques et rationnelles. Je ramais un peu, mais bon, ce n'était qu'une question de niveau et je l'avais eu pour entrer. Dommage que ce n'était pas ce que je trouvais de plus amusant, mais on n'a pas que ce qu'on veut, dans la vie. Je n'avais pas envie de finir dans les classes « poubelles », dont les trois-quarts des élèves étaient soit des drogués, soit des cons, soit des gens « bizarre ». Les pire, ces derniers. Ils refusaient d'aller en éco ou en science, soit-disant parce qu'ils voulaient faire ce qui leur plaisait. Mais tout le monde savait que ce n'était que des flemmards, qui ne voulaient que faire le plus facile... Ou alors ils faisaient parti de ces gens qui ne voulaient qu'être anticonformistes... En voulant être différents, ils étaient tous pareils. Ensuite, il me balançait leur discours non-objectif en me parlant de « paradigme alternatif », et qu'ils se sentaient plus intégrés dans des communautés différentes. Enfin bon, c'était leur choix, c'était juste dommage pour eux qu'ils l'avaient fait.

Je fut interrompu dans ma pensée par la note rendu par le prof. 31%. Je réfrénais les larmes qui me montèrent aux yeux. J'avais pourtant énormément travaillé sur ce devoir ! J'avais même passé des nuits blanches à travailler. J'avais eut des cours particuliers... Mais j'avais foiré... Je mit dans mon trieur le devoir et tenta de suivre le cours. Qu'est ce que c'était dur, toute ces histoires de nombres complexes ! Ils portaient bien leur nom, même les logarithmes j'avais trouvé ça plus simple !

Les autres cours furent normaux, ni bon ni mauvais, sauf le cours d'Anglais que j'aimais particulièrement ! Heureusement que j'avais l'Anglais, l'Espagnol et les notes de première pour rattraper mes maths, même si j’étais à 54% en Sciences Physique, et 58% en Sciences Biologique... La journée terminée, je me dirigeai chez moi, flânant dans les couloirs du rez de chaussé, notamment dans les magasins ou je m'achetai un petit bracelet tout sympa, que ma tablette m'avais conseillé par des analyses dont je comprenais pas tellement le principe. En tout cas, il me plaisait ! Contente de mon achat, je rentrai chez moi. Il y avait encore du monde aux ascenseur ! Et cette fois c'était carrément une file d'attente !

Il y a des limites au supportable, je prend les escaliers ! Je vais avoir beaucoup de marches à monter, courage ! Je cours dans les escaliers en bois, envoyant un SMS à ma mère pour lui dire de ne pas s'inquiéter. Mais je heurte soudainement un homme, et tombe. C'est un milicien et il est avec ses collèges. Je ne savais pas qu'ils traînaient dans le coin. Il me dit froidement que je n'ai rien a faire ici, et que c'est seulement les marginaux qui se ramènent dans ce genre de coin. Je voudrais leur répliquer que je peux aller ou je veux, mais je vois un air quelque peu effrayant dans leurs yeux. Celui, froid, sec, que j'avais déjà vu dans divers dessins animés parlant de robots qui attaquent les humains.

« Suivez-nous au poste, nous devons être sûrs que vous n'avez rien fait de mal. »

Je tente de me débrouiller. Je leur dit que je ne suis qu'une ado, que je n'ai rien a voir avec ces marginaux, que je suis une bonne personne. J'entends l'un deux avoir un rire nerveux à « bonne personne », mais il est immédiatement fusillé du regard par les autres. Pas avec un air de haine, plutôt avec un « on est pas là pour ça ». Il me demandent à nouveau de venir, pas méchamment.

« Écoutez, nous ne pouvons être sûr que vous n'avez rien fait de mal tant que nous ne vous avons pas interrogée. Si vous n'avez rien fait, vous n'avez rien à craindre, n'est-ce pas ? D'ailleurs, pourquoi refusez-vous de venir si vous n'avez rien à cacher ? »

Je ne comprenais pas. J'avais une impression bizarre, qu'ils n'agissaient pas humainement. De la froideur, comme une machine qui effectue une fonction. Ils semblaient fatigués, aimaient-ils seulement leur métier ? En tout cas, le mépris était bel et bien présent dans leur regard... Me prenaient-ils pour une marginale ?

Je me fait attraper par un bras. Qu'ai-je fais, fis-je dans un cri de protestation. Je refuse de me faire traiter comme cela, j'étais juste en un endroit, on a le droit de circuler ? Ils m'intiment de me taire. Je baisse la tête, pour la première fois de ma vie. Même si j'ai une drôle de boule dans la gorge. L'impression de m'être fait avoir quelque part, mais je ne comprend pas où. L'impression d'avoir baissé la tête toute ma vie s'en m'en être rendu compte.

« Marchander sa liberté contre de la sécurité, c'est un pacte diabolique. Une fois la transaction signée, on n'a plus ni liberté ni sécurité. »
Garry Spence

_________________
« All comedy is derived from fear »


Dernière édition par Kazhnuz le Sam 16 Fév - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eska-chan
La Pochette Surprise
avatar

Messages : 656
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 25
Localisation : Montpellier

Talent Artistique
Talent Principal: Dessin Digital
Matériel utilisé: Tablette Graphique Wacom Bamboo ; Photoshop CS6 ; PaintTool SAI

MessageSujet: Re: [MiniNouvelle] Le prix de la paix   Sam 9 Fév - 19:04

Pas mal l'histoire, le personnage est vachement formater par la société dans laquelle il vit. J'ai trouvé le paragraphe où elle dit qu'elle ne veut pas lire les textes "non-objectif" et seulement ceux de la liste car elle préfère l'objectivité avant tout très ironique xD ça fait bien réfléchir à la manipulation. De toute façon quand on manipule bien une personne, elle ne s'en rend pas compte et trouve ça "normale". Le texte est super, on a quand même un peu pitié d'elle à la fin >< ! la citation fait une belle conclusion aussi !

Sinon faudrait que tu te relises, il y a deux phrases où il manque un mot èoé (je sais plus lesquelles du coup xD) mais c'est juste un petit mot de liaison genre un "de" ou quoi... sinon autre choses èoé !
Les verbes du premier groupe ER, au Passé Simple et à la Première Personne du singulier, ça fini en AI ! pas en A ! et c'est comme ça tout le long de l'histoire ! (fais attention, il y a d'autres verbes où j'ai vu que ça finissait en T au lieu de S aussi) je ne les liste pas tous vu que... bah vu que c'est pratiquement le cas partout xD' !

bref, à part ça j'ai beaucoup aimé ta petite nouvelle ! très sympa à lire !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://misical.deviantart.com/
Edjy
Moineau
Moineau
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 11/01/2013
Age : 22
Localisation : Traverse Town

Talent Artistique
Talent Principal: Ecriture/Roleplay
Matériel utilisé: imagination et accessoirement un crayon

MessageSujet: Re: [MiniNouvelle] Le prix de la paix   Sam 16 Fév - 15:02

Franchement, j'ai adoré ! Le point de vue adopté est très intéressant ! Elle pense être libre alors qu'elle est manipulée. J'arrive pas à trouver les mots pour expliquer l'effet que ça m'a fait, mais bravo !
Tu as un super style, ça se lit tout seul ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vano Vaemone
Faucheuse de l'Apocalypse qui vous veut du bien :3
avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 25

Talent Artistique
Talent Principal: Écriture
Matériel utilisé: Neurones poétiques et 'papier' Open Office

MessageSujet: Re: [MiniNouvelle] Le prix de la paix   Dim 17 Fév - 5:16

Petite nouvelle mais j'ai enfin lu ce texte x_x !
Bien que je n'aime pas le langage courant dans une histoire, j'ai quand même été curieuse de voir ce que tu as écrit °^°
A la première lecture, j'ai été attirée par le personnage et c'est vrai que le texte se lit bien et vite. Et la citation en fin de texte fait assez réfléchir, du coup j'ai relu ta nouvelle et j'ai compris quelques passages qui paraissait banals pour moi comme l'appartement, et cet appartement n'est pas ordinaire. Je ne l'ai remarqué qu'à la deuxième lecture !
Par contre, la chasse pour l'Ortho-Hunter a été bonne. Comme l'a dit Eska, tu fais des fautes sur la conjugaison du passé simple. Mais aussi tu as des fautes d'orthographe, notamment sur les accords au pluriel ou au singulier, voire même des fautes d'inattention (par exemple tu écris bien le déjeuner mais tu écris ensuite déjeuné )
J'aurai voulu te faire la correction mais mon ordi a planté alors que je te préparais la correction qui m'a pris des heures T__T""
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [MiniNouvelle] Le prix de la paix   

Revenir en haut Aller en bas
 
[MiniNouvelle] Le prix de la paix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grand Prix Lyon 2010
» [VDS] prix unitaire! MD / 32X / MS (new version)
» Mes prix & services
» [ARTICLE] La carte plastique: Ou ? Comment? Quel prix?
» Oscars, Golden Globes, Cesars…(stars, strass, prix, nominés)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*Flying Creativity* :: Artistes en herbe :: Galeries littéraire des membres :: Les longues pages ! :: Les nouvelles-
Sauter vers: